Description de 3 cas de patients polykystiques ayant debuté la dialyse péritonéale en post-operatoire d’une néphrectomie avec mise en place simultanée du cathéter de dialyse péritonéale.

Mots-clés: dialyse péritonéale, néphrectomie, polykystose rénale autosomique dominante

Résumé

L’initiation de la dialyse péritonéale (DP) pour les patients polykystiques peut s’avérer compliquée lorsqu’une néphrectomie est nécessaire pour préparer la greffe rénale.
Nous présentons ici l’étude rétrospective de 3 patients adultes suivis dans le service de néphrologie de Besançon sur la période 2017-2018 pour une insuffisance rénale chronique stade 5 en rapport avec une polykystose rénale autosomique dominante (PKAD) et ayant débuté la DP en post-opératoire d’une néphrectomie avec mise en place simultanée d’un cathéter de DP.
Sur les 3 patients, tous ont pu débuter la DP dans le 1er mois post-opératoire, sans avoir recours à l’hémodialyse. Le délai moyen entre la néphrectomie et l’initiation de la DP était de 8,7 jours. La DP était débutée en DPCA avec de petits volumes (1,5 litre), puis la DPA était initiée à petits volumes ; le délai moyen entre la néphrectomie et la mise en place d’un programme de DPA « standard » s’élevait en moyenne à 24,3 jours. Aucune complication majeure n’était rapportée, notamment pas de fuite de liquide de DP. A long terme, la survie de la technique était bonne puisqu’une patiente est sortie de la technique par le biais de la greffe, les 2 autres patients sont encore en DP. Les critères d’adéquation étaient satisfaisants pour les 3 patients.
Pour conclure, cette série de 3 cas donne des résultats très encourageants quant à l’initiation de la DP en post-opératoire d’une néphrectomie avec pose simultanée de cathéter de DP chez les patients polykystiques.

Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Publiée
2019-04-10